FRANÇAIS
DEUTSCH
RETOUR
Logo

Nouvelles de Riesi

(Partie française hors du périodique)

Bul­le­tin bi­men­su­el du Ser­vi­ce Cré­tien, In­sti­tut Vau­dois à Rie­si
Nº 6, décembre 2015 — 54ème année/256

Contenu

Éditorial
Pause sabbatique au Servizio Cristiano

Titelseite
«Les misérables possèdent le pay, Et ils jouissent abondamment del la pais.»
[Psaumes 37:11]
Titelseite
«Aber die Elenden werden das Land erben und Lust haben In großem Frieden
[Psalm 37,11]

Direkt zu: 

 Éditorial 

 Sabbatical 

 Dons 

 

Fisuso
Nr256-5
Leitartikel

Éditorial

Comment est-il pos­sib­le que la guer­re soit en­co­re une per­spec­ti­ve pré­sen­te dans la vie de l’hu­ma­ni­té? Com­ment est-il pos­sib­le que, à nou­veau, la voix des ar­mes et des ex­plo­si­ons, semb­le triom­pher dans l’exi­sten­ce de nos so­cié­tés? La vio­len­ce semb­le triom­pher.

Mais, en réa­li­té, c’est l’en­ga­ge­ment pour la paix qui man­que, il a été ran­gé dans les oub­liet­tes par­ce­qu’ap­rès la Se­con­de Guer­re mon­dial­e et au moins en Euro­pe, nous éti­ons con­vain­cus que la paix était une va­leur ac­qui­se, dé­fi­ni­ti­ve­ment con­qui­se.

Ex­clu­ant, de nos ob­jec­tifs et de nos pré­oc­cu­pa­tions, la paix com­me de­vant êt­re un en­ga­ge­ment quo­ti­di­en, nous avons aus­si ex­clu de nos ho­ri­zons une par­tie du mon­de qui souff­re et n’a ja­mais con­nu cet­te paix.

Et main­te­nant nous nous ren­dons comp­te que nous n’avons pas dé­fi­ni­ti­ve­ment ex­tir­pé la vio­len­ce de nos es­prits et de nos cœurs. Peut-êt­re, nous nous som­mes don­né l’il­lu­si­on que, sans bom­be et at­ten­tat en Euro­pe, nous éti­ons pro­té­gés de tou­te vio­len­ce.

Alors que le mar­ché, le ca­pi­ta­lis­me qui ga­ran­tit not­re mo­de de vie, con­su­mait tou­te not­re éner­gie en nous don­nant l’il­lu­si­on que tout du­re­rait tou­jours.

Et, pre­nant nais­san­ce dans la ges­ti­on de not­re quo­ti­di­en, c’est cet­te for­me d’égoïs­me éco­no­mi­que et fi­nan­ci­er qui dé­truit la pla­nè­te et ses res­sour­ces, qui ane­sthé­sie not­re con­si­dé­ra­ti­on de la vio­len­ce des dis­pa­ri­tés qui exi­stent dans le mon­de et qui pro­vo­que plus de hai­ne et de sen­ti­ments de ven­gean­ce.

Nous de­vons nous re­pren­dre de tou­te ur­gen­ce, la paix doit re­de­ve­nir le cen­tre de nos vies, la pré­oc­cu­pa­ti­on prin­ci­pa­le de l’en­ga­ge­ment po­li­ti­que que nous de­man­dons et le fer de lan­ce des Eg­li­ses qui se di­sent chré­tien­nes. La paix, au cen­tre de la vie de cha­que fem­me et de cha­que hom­me et de cha­que en­fant dans les éco­les, ain­si que le pro­gram­me fon­da­teur de l’En­sei­gne­ment dans les éco­les. Des ac­tes de paix pour une vie dans la paix. La paix, au cœur de l’ac­ti­on de la Dia­co­nie, la paix au cœur de la Pa­ro­le pra­ti­quée et avant tout, au cœur de cel­le pen­sée.

Beau­coup d’éner­gie est dé­pen­sée cha­que jour pour con­som­mer, peut-êt­re, nous pou­vons en gar­der un peu pour la paix? Pour sou­te­nir ceux qui tra­vail­lent pour la paix? Pour par­ta­ger l’en­ga­ge­ment de ceux qui, com­me le Ser­vi­zio Cri­stia­no, agis­sent afin que l’exi­sten­ce des plus dé­mu­nis ne de­vien­ne pas un ter­rain fer­ti­le pour la vio­len­ce, mais la pro­mes­se d’un mon­de nou­veau, ou du moins re­nou­ve­lé.

 

Albrecht Birx
Nr256-9
Sabbatical

Pause sabbatique au Servizio Cristiano

Je m’ap­pel­le Al­brecht Birx (56 ans), j’ha­bi­te à Cob­len­ce sur le Rhin (Al­le­ma­gne), et j’ai pas­sé pen­dant le der­nier prin­temps plu­sieurs se­mai­nes à Rie­si.

Com­me j'avais ac­cu­mu­lé de nom­breu­ses heu­res sup­plé­men­tai­res dans mon tra­vail com­me ré­fé­rent jeu­nes­se du dis­trict pro­te­stant de Cob­len­ce, l’idée s’est peu à peu im­po­sée à moi de pren­dre un temps sab­ba­ti­que. L’in­té­rêt pour l’Eg­li­se vau­doi­se et pour l’étran­ger m’ont con­duit à ve­nir com­me vo­lon­tai­re aty­pi­que (je n’ai pas la jeu­nes­se de la plu­part des vo­lon­tai­res ac­tu­els) au Ser­vi­zio Cri­stia­no. Avec une con­si­gne im­por­tan­te: pas de tra­vail in­tel­lec­tu­el.

Par con­sé­quent, j’ai été in­té­gré après mon ar­ri­vée le 9 fév­ri­er dans l’équi­pe du con­cier­ge, Giu­sep­pe, et du vo­lon­tai­re aut­ri­chi­en, Si­mon, pour ef­fec­tu­er des ré­pa­ra­ti­ons, du tra­vail à l’ate­li­er et de pe­ti­tes con­struc­ti­ons etc.

Voici les tré­sors que j’ai dé­cou­verts lors de mon ex­pé­rien­ce sab­ba­ti­que:

  1. Pendant 7 se­mai­nes je me suis pas­sé de la ra­dio, de la té­lé­vi­si­on et des ac­tua­li­tés. Au lieu de ce­la, je me suis con­sac­ré à moi-mê­me et pris le temps de li­re des gui­des de voya­ges sur la Si­ci­le que j’avais ap­por­tés et d’in­scri­re mes pen­sées dans un jour­nal. Une té­lé était à dis­po­si­ti­on, mais j’ai fait le choix de rem­plir mon temps sans dis­trac­ti­on et aut­re­ment, no­ta­mment en m’en­dor­mant plus tôt.
  2. Il s'est trou­vé que les pen­sées se sont apai­sés, ne va­ga­bon­daient plus con­stam­ment et que je suis ar­ri­vé à me con­cen­trer mieux sur l’es­sen­tiel après avoir fait mon tra­vail. Nr256-11
  3. Homme de tê­te ha­bi­tu­el­le­ment, l’ac­ti­vi­té phy­si­que du tra­vail m’a ra­pi­de­ment épui­sé. Mais j’ai éprou­vé une sa­tis­fac­ti­on in­té­rieu­re d’avoir me­né à bien des ta­ches ar­ti­sa­na­les. De ces tra­vaux sur le ter­rain ou les bâ­ti­ments, on a tou­jours ti­ré le sen­ti­ment d’avoir ré­pa­ré et ac­com­pli quel­que cho­se. Ce gen­re d’ex­pé­rien­ce de ré­us­si­te n’est pas quo­ti­dien­ne dans mon tra­vail pé­da­go­gi­que.
  4. A cet en­droit, j’aime­rais in­si­ster sur le fait que les tra­vaux quo­ti­diens à l’ate­lier ou sur le ter­rain avec Giu­sep­pe et Si­mon ont en­ri­chi mon sé­jour. J’ai ap­pré­cié l’esprit d’équi­pe nour­ri par l’es­ti­me mu­tu­tel, la té­na­ci­té et la con­fian­ce.

Bien que les con­di­ti­ons cli­ma­ti­ques, lors de mon sé­jour en fév­ri­er/mars (beau­coup de pluie, de nei­ge et de froid) nous aient mis, moi et les col­la­bo­ra­teurs à Rie­si, à ru­de épreu­ve, j’ai eu tout de mê­me eu la pos­si­bi­li­té de dé­couv­rir la Si­ci­le lors d’ex­cur­si­ons et de pe­tits sé­jours du week­end (p. ex. Pa­ler­me, Ag­ri­gen­te, Ca­ta­nia, Sy­ra­cu­se, Taor­mi­ne, ran­don­née aux alen­tours de Rie­si et à Fal­co­na­ra).

Je re­mer­cie cor­dia­le­ment tou­te l’équi­pe du SC, en par­ti­cu­lier Gian­lu­ca Fiu­sco et An­ge­la Si­ci­lia­no et vous sou­hai­te beau­coup de ré­us­si­te pour l’ave­nir. Il est à es­pé­rer que le SC com­me pro­jet pha­re con­ti­nue­ra à œuv­rer pen­dant de lon­gues an­nées et dé­cen­nies.

Grazie & Ciao
Albrecht Birx

Natale

Pour qui veut nous sou­te­nir

Suisse
PC: Ass. des Amis Suisses
Verein Schweizer Freunde
Servizio Cristiano Riesi
CH-1004 Lausanne
IBAN: CH92 0900 0000 1968 4641 0
oder Post-Kto. 19-684641-0

Infos: M. Henri Wetli
Champréveyres 7
CH-2000 Neuchâtel
Tel.: +41 (0)32 725 56 04

Ou:
Mme Ines Rivera
Colmarerstrasse 116
CH-4055 Basel
Tel.: +41 (0)61 301 27 06
ines.rivera@gmx.net

Restons en contacte

Si vous dé­si­rez re­ce­voir les Nou­vel­les de Rie­si soit pour vous-mê­me soit pour les off­rir à quel­qu'un d'aut­re, Veuil­lez vous ad­res­ser à:
Pour une ver­si­on PDF: info@serviziocristiano.org,
pour une ver­si­on im­pri­mée: Ser­vi­zio Cris­tia­no, via Mon­te de­gli Uli­vi 6 — I-93016 Rie­si (CL) — Italia
Même en li­sant ces nou­vel­les vous nous sup­por­tez aus­si. Merci.

 

Periodico bimestrale — Spedizione in abb. post. art. 2 comma 20/c legge 662/96 — Filiale di Caltanissetta — Aut. Dir. Prov.le PPTT — CL Reg. nº 219/16.06.2009 Tribunale di CL

Rédaktion: Gianluca Fiusco
Traductions: Franziska Steudel, Jürgen Grauling

Conto corrente bancario n° 000300108587 ”Servizio Cristiano” Banca Unicredit Spa — Agenzia di Riesi (CL) ABI: 02008 — CAB: 83410 IBAN: IT 69 U 02008 83410 000300108587 SWIFT BIC: UNCRITM1I97

 


 

AASR — Associazione Amici Svizzera Riesi
(Verein der Schweizer Freunde des Servizio Cristiano – Riesi)

en arrière

 


Valid XHTML 1.0 Strict Validé avec succès relativement au standard W3C "XHTML 1.0 Transitional".